Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Autoentreprise : les français confirment leur attachement au régime

Paris, le 31 janvier 2013

L’INSEE vient de publier sa note de conjoncture relative à la création d’entreprises en France au cours de l’année 2012. L’auto-entreprise y tient le haut du pavé confirmant son rôle de start-up tremplin vers la création d’emplois. Des créateurs qui sont désormais en grande partie des jeunes, des séniors mais surtout des femmes. Décryptage de l’enquête avec Grégoire Leclercq, Président de la Fnae.

Le rapport de l’INSEE est clair. L’auto-entreprise est entrée dans les mœurs des Français et s’est durablement ancrée comme le régime favori des créateurs. En effet, le nombre d’inscriptions  se poursuit à un rythme soutenu, à l’inverse des enregistrements des sociétés en régime de droit commun qui connaissent un léger repli.

C’est ainsi que sur les 550.000 structures qui ont vu le jour en France, plus de 300.000 ont été constituées en auto-entreprises. « C’est une tendance qui sanctuarise le régime. L’enquête prouve que les Français veulent entreprendre simplement, librement, avec une fiscalité juste et modérée » argumente Grégoire Leclercq, Président de la Fnae.

Si pour le moment, le rapport INSEE indique que seulement 5 % des auto-entreprises arrivent à créer des emplois, la Fnae veut d’abord voir la réussite des bénéficiaires du régime qui ont réussi à trouver leur autonomie et à assurer la pérennité de leur structure. «  Nous sortons d’un cycle de destruction d’emplois. Les auto-entrepreneurs qui se lancent représentent les TPE et les PME de demain. A moyen terme, ils vont être des acteurs majeurs dans la lutte contre le chômage  et proposer des embauches » explique le Président de la Fnae.

Le régime de l’auto-entreprise n’a donc pas à rougir. Dans un contexte plus qu’au ralenti pour le marché de l’emploi, les structures qui ont débuté leur activité avec le régime de droit commun ne sont que 12 % à avoir proposé des contrats de travail. Autre point éclairant, ce sont les moins de 30 ans et les plus de 60 ans qui optent pour le régime simplifié, confirmant l’absence de solutions immédiate du marché de l’emploi pour ces deux grandes classes d’âge de la population. Enfin 47 % des créateurs qui ont choisi l’auto-entreprise sont des femmes, plus particulièrement dans le secteur de l’industrie.

Selon la Fédération des Auto-Entrepreneurs, « l’auto-entreprise est devenue un modèle de start-up et une solution au chômage tout en conservant la possibilité d’être  un moyen d’améliorer un salaire existant en valorisant une activité ou un hobby ». Des données qui corroborent les conclusions des assises de la Fnae que Grégoire Leclercq s’apprête d’ailleurs à remettre sous la forme d’un cahier aux pouvoirs publics.

Contact presse : Grégoire Leclercq – 06 07 58 85 89

Les grandes thématiques
Articles récents
Les fiches pratiques
Dossiers de fond

Sommaire